Eh Siri, peux-tu définir la littératie

Kim Setzer

Un groupe de personnes assis à une table discutent ensemble.

En cherchant la définition de la littératie, j’ai fait ce que mon fils de 11 ans aurait fait, j’ai demandé : « Eh Siri, définis la littératie ». Siri m’a dit que la littératie est la capacité de lire et d’écrire. Siri aurait tout aussi bien pu être ma camarade de classe quand j’étais jeune, car quand j’allais à l’école, il semblait que l’accent était mis uniquement sur la lecture, l’écriture et l’arithmétique.

Les concours d’orthographe, les marathons-lecture et, bien sûr, la mémorisation des bonnes vieilles tables de multiplication, ont à l’époque occupé mes journées à l’école. Il n’est pas étonnant qu’en tant qu’adulte entrant dans le domaine de la littératie, j’ai été surpris de voir que le fait de s’engager avec les autres était une compétence de base du programme de littératie des adultes de l’Ontario (Ontario Adult Literacy Curriculum Framework, OALCF). Je n’avais jamais considéré ma capacité à travailler avec les autres comme une forme de littératie. Mais maintenant à bien y penser, cela prend tout son sens. Le dictionnaire Oxford définit la littératie comme « une compétence ou une connaissance dans un domaine précis ».

La capacité à bien travailler avec les autres est une compétence importante.

 À moins que vous ne prévoyiez de vivre seul dans une grotte pour le reste de votre vie, vous devrez forcément travailler avec quelqu’un à un moment donné. Votre réussite à l’école, au travail, avec votre famille et vos amis dépend vraiment de votre capacité à entretenir de bons rapports avec les autres.

Souvenez-vous de l’époque où vous deviez travailler avec quelqu’un qui avait peut-être la mauvaise habitude de toujours vous interrompre. Qu’en est-il de cette personne qui est toujours en retard ou qui arrive à votre repas-partage sans la tarte qu’elle avait promis d’apporter? Et bien sûr, qui pourrait oublier cette personne qui entre en éruption comme un volcan chaque fois qu’elle n’arrive pas à ses fins. Complètement frustrant, n’est-ce pas?

Ces expériences nous permettent de savoir à quoi ressemble le fait de ne pas bien interagir avec les autres. Alors, qu’est-ce que l’OALCF prend en compte pour acquérir des compétences dans ce domaine.

Voici quelques-uns des éléments à prendre en compte pour acquérir des compétences relationnelles :

Comprendre votre rôle et celui des autres

Qu’il s’agisse de savoir qui sortira les poubelles ou qui promènera le chien, il y a moins de tension ou de risque de conflit lorsque chacun sait ce qu’on attend de lui.

Assumer sa part de responsabilité

Si c’est votre travail de sortir les poubelles, qu’attendez-vous? Ne la laissez pas faire votre tâche par quelqu’un d’autre.

Lorsque nous respectons nos engagements, les autres apprennent qu’on peut compter sur nous. C’est particulièrement important s’il y a une échéance à respecter.

Écouter et accepter d’autres points de vue

Il est bien certain que cela peut parfois être difficile. Je ne vous suggère pas de changer de point de vue, je vous suggère de prendre le temps d’écouter. Parfois, l’option la plus saugrenue peut amener une autre personne à trouver la solution parfaite.

Aider à résoudre les différends

Travailler avec des personnes difficiles peut poser un défi. Il faut rester calme. La capacité à gérer vos émotions pendant que d’autres font l’équivalent d’un accès de colère d’un bambin vous aidera à vous en sortir. Ne réagissez pas et n’imitez pas leur comportement. En fin de compte, cela ne fait qu’ajouter de l’huile sur le feu.

Prendre un peu de recul.

 Si vous êtes en colère, frustré ou avez accumulé une bonne charge émotive, il est préférable de prendre un peu de temps pour vous ressaisir. Le temps passé à l’écart de la situation vous permettra d’envisager une approche qui aboutira à un meilleur résultat.

Ne pas le prendre personnellement.

Souvent, nous nous sentons responsables de la réaction des autres. Arrêtez-vous et envisagez la possibilité que l’humeur de la personne n’a rien à voir avec vous. Elle a peut-être reçu de mauvaises nouvelles concernant un parent ou elle se sent peut-être obligée de respecter un délai serré.

Il est aisé de voir comment la compétence d’une personne en ce qui concerne les relations à autrui peut avoir des conséquences directes sur les chances de réussite. La littératie n’est pas seulement une question de lecture, d’écriture et de calcul, il s’agit aussi de cultiver sur notre intelligence émotionnelle. Nous devons renforcer nos compétences en matière de collaboration et de résolution des conflits afin d’atteindre nos objectifs personnels et professionnels.